logo
image3

Penser le Big Data


08/06/2016, Livre Blanc du Comité Scientifique de l'EPA : "L'humain dans le numérique et le Big Data"

Luc Ferry

Article de Luc Ferry, extrait du Livre Blanc "L'humain...dans le numérique et le Big Data", présentant l' :

Les informations qu’on peut tirer des Big Data, si l’on sait les utiliser, sont d’une diversité sans limite. Elles peuvent servir les finalités les plus diverses, depuis le traitement des épidémies, la prise en charge de catastrophes naturelles, la gestion des primes d’assurance ou la lutte contre le crime jusqu’au séquençage du génome humain en passant par la régulation des transports aériens, de la circulation routière, la conception de la voiture autopilotée, l’amélioration de la logistique, des chaînes de distribution, la lutte contre le cancer, la publicité ciblée ou le choix et le suivi de l’efficacité des thèmes retenus par l’équipe d’un candidat dans une campagne électorale ! Tout est question d’analyse, de « datamining », de capacité à extraire du sens des data, capacité qui dépend notamment du choix et du maniement des algorithmes qui permettent de faire apparaître des significations utiles à partir d’une masse au départ globalement plutôt informe (même si certaines données sont déjà structurées, donc plus ou moins sensées). De là le fait que le métier de « Data Scientist » devient, dans certains secteurs et dans celui des assurances en particulier, tout à fait essentiel.

Bien évidemment il existe un revers de la médaille aux  avancées que permet l’analyse des données : jusqu’où sommes-nous prêts à sacrifier des pans entiers de nos vies privées pour bénéficier en retour des avantages du Big Data ? La solution d’une telle question dépend, elle, encore de nous, de nos choix individuels et politiques, attendu que, de toute façon, rien de ce que nous mettons sur la toile n’est plus aujourd’hui confidentiel. Il est, pour illustrer ce propos, devenu  quasiment impossible de préserver le secret médical. Il suffit que vous confiez vos soucis de santé à un  proche,  un membre de votre famille ou un ami,  pour que,  sans penser à mal, il en parle à un autre proche sur un réseau social de sorte que l’information, désormais irrattrapable, soit potentiellement publique et, pourquoi pas, aussitôt  décryptée par votre mutuelle qui pourra le cas échéant en faire usage. Ce n’est là qu’un exemple parmi des centaines d’autres qu’on pourrait donner des problèmes éthiques majeurs que soulève le Big Data, des avantages et inconvénients de l’analyse des données de masse. Du reste,  les enjeux économiques qui l’entourent  sont eux aussi démesurés. Pour en donner une toute petite idée, des entreprises de plus en plus nombreuses se spécialisent, aux Etats Unis notamment, dans la collecte, le stockage et la revente de données qui pourraient être utiles aux entreprises pour cibler leurs clients, répondre à leurs attentes, faire des campagnes de publicité, etc. C’est ainsi, par exemple, que la société Axiom a dégagé en 2012 un revenu de plus d’un milliard de dollars grâce à ce type de vente tout en se targuant de détenir une moyenne de 1500 données sur plus de 700 millions d’individus dans le monde (et nous sommes très certainement du nombre !).  Pour toutes ces raisons et quelques autres qu’on découvrira dans le programme de cette formation*, il est à la fois crucial et urgent  de réfléchir en profondeur aux questions morales, économiques et politiques soulevées par l’analyse des données.  

*Le MBA « Data Scientist des Métiers de l’Assurance » de l’EPA

Luc FERRY

 

 


Luc Ferry est le Président d’Honneur du Comité Scientifique de l'Ecole Polytechnique d'Assurances (EPA).

Luc Ferry est agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d’Etat en sciences politiques, ancien Ministre de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche.