logo
image3

Repenser le métier de l’assurance à l’aune des révolutions numérique et industrielle


16/07/2018, Article du Livre Blanc « Être assuré en 2030 ! » de l’École Polytechnique d’Assurances (EPA)

          Repenser le métier de l'assurance à l'aune des révolutions numérique et industrielle - Amine BEHENNI

Article d'Amine BENHENNI, extrait du Livre Blanc « Être assuré en 2030 ! » de l’École Polytechnique d’Assurances (EPA). Ce Livre Blanc est associé au :

 

Nous sommes en 2030, et le monde est profondément changé. La révolution numérique, initiée à la fin du 20ème siècle, a transformé durablement nos quotidiens, habitudes et références.

Nous sommes en 2018 et faire l'exercice de prospective est difficile. L'histoire récente a montré que les changements profonds sont dus à des sauts brusques, qui s'accélèrent et se diffusent en profondeur dans la société. Internet était un outil pour les initiés et une curiosité pour les technophiles, aujourd’hui il est au cœur de l’accélération numérique. La convergence avec la téléphonie fait du smartphone un objet central, changeant radicalement notre façon de consommer l'actualité et les divertissements. L’accélération continue avec le développement de l’internet des objets, l’extension d’internet aux objets physiques, un nouveau flot de données va permettre de mesurer finement le monde.

Mesurer plus pour connaître mieux, une démarche qui est primordiale à l'assureur pour provisionner le risque. Mais lequel ? La voiture autonome était jusqu’à il y a peu, une vision du futur, et le graal de l'assureur était d'avoir un boîtier connecté lui permettant de connaître la conduite de l’assuré humain. Le quantified self quant à lui devrait permettre de distinguer les profils à risque. Pour quels usages ? Pénaliser et condamner algorithmiquement ou accompagner avec de nouveaux services ? La technologie apporte des solutions nouvelles, mais amène aussi son lot de questions pour les experts data et métiers ainsi que pour le législateur.

Quid de l’industrie, dont les évolutions sont moins mises en avant, mais dont la convergence avec le numérique n’en porte pas moins les graines d’une transformation profonde de la société dans ses fondements ? En 2030, l'industrie est entièrement renouvelée, avec un parc de machines connectées, des robots et des applications intelligentes qui assistent et facilitent le travail des opérateurs humains, qui délèguent les tâches pénibles et peu valorisantes pour se concentrer sur la création de valeur.

La quatrième révolution industrielle permet un pilotage « end-to-end » de la chaîne de production, avec une intégration transversale de tous les acteurs, partenaires et fournisseurs, ainsi qu’une mutualisation des données, pour une gestion optimale de la production et une maîtrise fine du risque à travers l'utilisation d'outils prédictifs et prescriptifs. Une évolution qui, in-fine, aboutit à des changements de paradigmes dans le métier industriel : sur le rôle de l’humain dans la chaîne de production, sur la façon de produire - plus modulaire pour des volumes plus faibles et variables dans le temps, sur l’exploitation des matières premières et des différentes sources d’énergie, etc.

La maîtrise de la qualité de la production avec peu ou pas de rebuts, une utilisation optimale des ressources et une gestion intelligente du parc industriel, réduit d’autant les risques sur la perte d’exploitation, le bris machine, l’atteinte à l’environnement, etc. Mais de nouveaux risques apparaissent, comme la vulnérabilité aux intrusions et cyber-attaques.

En industrie comme ailleurs, l'assureur doit non seulement anticiper, mais également repenser son positionnement dans la chaîne de valeur. Il doit devenir un partenaire privilégié des acteurs de la data, aller au-delà du métier traditionnel : couvrir le risque certes, mais aussi assurer des services et un accompagnement, et s’installer durablement comme partenaire dans la création de valeur. Il doit également faire attention aux réponses qu’il choisit, et faire un arbitrage entre le gain facile aux conséquences hasardeuses sur le long terme, et la définition d’une éthique et des valeurs fortes comme repères pour accompagner le cheminement vers une humanité bienveillante et heureuse.


Amine BENHENNI est docteur en physique des particules, et Data Scientist depuis 7 ans, avec un parcours varié dans la science, la data et l’enseignement. Il a acquis une vision très large du monde de la data, du web à l'industrie en passant par les banques/assurances et le médical, à travers ses expériences allant de la R&D au développement de produits, avec des partenaires de différentes tailles, de la startup au grand groupe publique ou privé (CAC40 et NASDAQ).

Il est également enseignant / formateur en Data Science et Big Data (Université Paris Saclay, Centrale-Supelec, IEPA, HEC), conférencier et auteur de nombreuses communications, articles et livre sur le sujet.