logo
image3

Innovation et perspectives de l'assurance en 2030


06/09/2018, Article du Livre Blanc « Être assuré en 2030 ! » de l’École Polytechnique d’Assurances (EPA)

Innovation et perspectives de l'assurance en 2030 - Mikaël MASLÉ

Article de Mikaël MASLÉ, extrait du Livre Blanc « Être assuré en 2030 ! » de l’École Polytechnique d’Assurances (EPA). Ce Livre Blanc est associé au :

L’innovation est un enjeu de concurrence et de croissance dans tous les secteurs, en France comme à l’international. Les assureurs ont-ils une carte à jouer ?

Les activités des assureurs historiques sont sous pression, ce n’est pas tant par l’ouverture à la concurrence que par ces nouveaux outils du numérique qui facilitent la concurrence de ces nouvelles start-up face aux entreprises traditionnelles.

Ce qui se passe en ce moment a déjà démarré dans d’autres secteurs depuis un certain temps, et continue de se propager dans le secteur de la finance. La création de nouveaux modèles est en train de désintermédier toute l’économie, ou pour être plus exact, les acteurs historiques sont en train d’être désintermédiés par de nouveaux acteurs.

L’avènement de cette nouvelle économie tourne autour de plateformes collaboratives, de l’économie du partage. Grâce à de nouvelles applications mobiles, de nouvelles évolutions logicielles, les acteurs traditionnels courent le risque de se faire rogner des bouts de la chaîne de valeur.

Les acteurs historiques ont déployé des Lab, centres de recherche afin d’étudier ces nouvelles technologies, ils ont créé des postes de Chief Digital Officer, Chief Transformation Officer… mais l’ère de la Data rebat les cartes des fondamentaux.

Les assureurs vont devoir encore mieux étudier la gestion des risques, et le comportement de leurs sociétaires ou clients. Ils vont devoir anticiper les nouvelles pratiques, les nouveaux usages liés au Big Data. Sur cette transformation profonde de notre société, les assureurs doivent garantir la protection des données personnelles de leurs clients en mettant en avant une éthique irréprochable.

Quelles sont les technologies ?

  • Le Digital qui transforme la relation avec le sociétaire en offrant une palette plus large d’offres et de services,
  • Les Application Programming Interface, ou API, que nous installons sur nos téléphones intelligents. Ces API sont au plus près des clients, dans un parcours client qui devient omni canal, avec le développement du phygital,
  • La Blockchain, qui assure une authenticité des transactions et des données sans passer par un tiers de confiance,
  • L’intelligence artificielle qui peut résoudre des problématiques complexes, ou simples, plus rapidement que l’Homme,
  • L’analyse des données personnelles, de nos comportements, plus communément appelée Big data qui permettra de suggérer aux clients une complétude de produits les plus adaptés avec une signature électronique.

Toutes ces technologies ne nécessitent plus l’obtention d’un agrément ou d’une autorisation pour être employées, le rôle des assureurs lors de la souscription est donc questionné. Cette période que nous allons vivre pose finalement plus d’interrogations et doit permettre à tous les assureurs de rebattre ses cartes.

Faut-il accompagner ou contrer la stratégie des GAFAM ?

Comment collaborer avec des start-ups pour améliorer son innovation intrapreneuriale ?

Comment collaborer avec des start-ups en favorisant son open-innovation ?

Comment continuer d’attirer les meilleurs talents afin d’accompagner le changement tout en mettant en place des Bots ou l’Intelligence Artificielle ?

Comment gérer son recrutement quand une « automatisation » des salariés paraît inéluctable ? Faut-il mettre en place une entreprise libérée ? Faut-il commencer à investir dans la blockchain ? Quels sont les nouveaux services avec des clients toujours plus connectés ? Comment bien appréhender les cyber-risques ?

Et à l’international, la Chine et les États-Unis vont être en mesure de créer tout un écosystème d’objets et de services liés à la 5G, prenant une avance précieuse sur les européens. Comment les assureurs vont-ils réagir dans cette vague de digitalisation ?

Toutes ces interrogations seront très certainement élucidées en 2030.

Roam continuera d’accompagner, d’informer et d’aider toutes les entreprises dans la compréhension et la mise en œuvre opérationnelle de la réglementation et des évolutions du numérique.

 


Titulaire d’une Maitrise en management et gestion des entreprises et d’un Master spécialisé en gestion de projets et de l’innovation de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC), Mikaël MASLÉ débute sa carrière comme responsable marketing orienté vers l’international et les nouvelles technologies au sein du groupe Crédit Agricole, en 2000. Il intègre ensuite la Banque Postale en qualité de responsable Projets Business. Responsable institutionnel chez Groupama Paris Val-de-Loire depuis 2007, Mikaël MASLÉ se voit confier la fonction de délégué générale de la ROAM en 2014.